• contact.afpeah@gmail.com

Archive de l’étiquette Prix de l’Afpeah

Prix littéraire de l’Afpeah

Les membres du jury sont des parents, des professionnels de la culture et des médias ainsi que des professeurs.

 

Nous remercions et félicitons tous les collégiens et les lycéens qui ont participé au Prix littéraire, ainsi que leurs professeurs. Nous souhaitons insister d’emblée sur la très grande qualité des nouvelles que nous avons reçues.

 

Originalité, recherche poétique, force de la réécriture, beauté du style, richesse du lexique caractérisent la plupart des récits que nous avons lus.

Offrant un regard circonstancié sur l’amour, l’Histoire, les dérives et les souffrances de l’adolescence, ces nouvelles proposent également une réflexion sur le conformisme, la modernité, ses mutations et ses dangers.

 

Il a été difficile de départager certains de ces textes. Nous nous souviendrons longtemps de la très belle « Epheor et Eurydice », de son lac glacé, de ses deux personnages féminins, de la richesse de son lexique. Nous n’oublierons pas la beauté visuelle « d’Inséparables », poème en prose, finement ciselé. Nous garderons en mémoire « Coup de cœur » pour son cadre historique et pour le saisissant portrait d’une Eurydice devenue l’ombre d’elle-même. Et comment oublier le lycée infernal de « Disparition d’une lycéenne », la force et le rythme « d’Orphée et le serpent noir », ou la véritable histoire du mythe, découverte dans « Confession d’Orphée », au ton nerveux et humoristique ?

 

Ces récits et bien d’autres encore ont enthousiasmé les membres du jury. Si tous ont souligné l’inventivité des élèves et la richesse de leur imaginaire, ils ont également pris la mesure de la grande plasticité du mythe d’Orphée et Eurydice.

 

À une époque où les langues et cultures de l’Antiquité sont injustement attaquées, les écrits de ces élèves montrent que l’étude des humanités est garante d’excellence et de créativité. À ce titre, nous n’oublions pas de saluer l’engagement des professeurs qui permettent à leurs élèves de mener un travail approfondi sur la langue et la culture gréco-latine. Loin de n’être que de simples adeptes du déchiffrement singulier, ces professeurs sont des passeurs, ils sont les garants d’une transmission qui allie rigueur et passion, ouverture sur le monde, initiation à une altérité mystérieuse et néanmoins universelle.

 

 

______________________________________________________

 

Pour le niveau lycée, les membres du jury décernent le Prix de l’Afpeah à Elsa Malkoun, pour « La Figure d’Eurydice#56 ».

(Lycée Condorcet, Belfort. Professeur: Mme Charpentier)

« La Figure d’Eurydice#56 » conjugue toutes les qualités précédemment énoncées. Ce récit intelligent, inattendu, est servi par une « voix » déjà affirmée et talentueuse.

Très originale dans sa réécriture, totalement décalée, jouant sur les détournements, elle présente une version très moderne du mythe dans laquelle, étrangement, les mathématiques et la géométrie jouent un rôle important. La grande maîtrise de la langue s’illustre dans les jeux avec les mots, les effets de surprise et le rythme efficace du récit. Enfin, et c’est sans doute là ce qui constitue sa plus grande originalité, le texte est extrêmement drôle. Cette drôlerie confère une véritable force à la réécriture et son tempo à la narration. Ajoutons, que, sous ses airs de légèreté, le récit ne se prive pas de porter un regard acéré sur le tragique de la condition humaine et la faiblesse des hommes.

 

 

Pour le niveau collège, les membres du jury décernent le Prix de l’Afpeah à

une magnifique transposition du mythe, faisant la part belle au mystère et à un intéressant anachronisme musical. La richesse du lexique, la fermeté du style témoignent d’un travail d’écriture d’autant plus remarquable qu’il est le fruit d’une collaboration.

Katia Tille, Delphine Monti, Julie Wittwer, Sophie Brouet, Thimothée Taverney, Beatriz Pardal, Loick Heiz, Shania Gicot, Antonio Queiros da Rocha, Clément Courvoisier 

ont en effet, participé à la rédaction de la nouvelle primée,

« Orphée le Métalleux ».

(Établissement secondaire des Dents-du-Midi, Aigle, Suisse. Professeur: Cendrine Chavan)

 

 

 

________________________________

 

 

Distinction honorifique, non matérielle,

le Prix Coup de Cœur de l’AFPEAH

est décerné par des collégiens et des lycéens scolarisés en Occitanie, en Rhône-Alpes-Auvergne, à Vienne en Autriche

ainsi que dans la région parisienne.

 

Le Prix Coup de Cœur a donc été attribué par des collégiens et des lycéens à deux nouvelles qui ont su les émouvoir. Les jeunes lecteurs ont été touchés par des textes qui mettaient en scène les tourments de l’adolescence. Dans l’un et l’autre cas, ils se sont attachés aux personnages évoqués et ont majoritairement plébiscité des récits ancrés dans un quotidien qui aurait pu être le leur. S’ils ont été sensibles à la beauté du style, à la richesse du vocabulaire, ils ont également signalé l’efficacité des dialogues comme dans « Stéphane, le nouvel Orphée » et apprécié le détournement des motifs mythiques comme dans « Une Descente aux enfers ».

 

Le Prix Coup de cœur des collégiens, décerné par un jury d’élèves, est attribué à Raslane Nachid, pour « Stéphane, le nouvel Orphée ».

(Collège François Truffaut, Gonesse. Professeur: Mme Duchez)

 

Le Prix Coup de coeur des lycéens, décerné par un jury d’élèves, est attribué à Mia Gabriel, pour « Une Descente aux Enfers ».

(Lycée Condorcet, Belfort. Professeur : Fanny Drouot)

 

NB:

Les quatre nouvelles primées seront publiées sur le site.

Les lauréats du Prix littéraire de l’AFPEAH : Elsa Malkoun et la classe de Cendrine Chavan recevront un chèque de 250 euros.

 

 

 

 

 

 

www.000webhost.com