• contact.afpeah@gmail.com

Archive de l’étiquette Latin

Cagnotte Langues anciennes

L’afpeah vous encourage à découvrir et soutenir le projet d’écriture et de création théâtrale des du Les Dimes CUISERY Agamemnon, non!

Lien menant vers la cagnotte de soutien :

https://trousseaprojets.fr/projet/406-agamemnon-non?fbclid=IwAR3y8YKIKQNIPpWI72tK4FTBeIR2O2cLN_XYAPQjTYjQkSG1CG7InFjhQ8k

Aperçu du projet:

« De septembre à janvier : travail avec la comédienne au collège de Cuisery en alternance avec les cours plus « classiques » de latin

De janvier à mars : regroupement hebdomadaire des groupes à Louhans, travail avec l’ensemble des élèves, quelque 70 latinistes!

Le 21 mars : déplacement au Festival Latin-Grec de Lyon pour une représentation, aboutissement de l’année.

Quelles sont les visées pédagogiques d’un tel projet ?

Soutenir notre projet c’est soutenir les lettres classiques et permettre de faire vivre une grande expérience à des élèves latinistes de 3e qui leur permettra de:

– travailler sur un texte ancien original

– s’approprier ce texte et développer sa culture littéraire par sa riche intertextualité

– créer de manière collaborative

– s’engager dans un projet commun de longue haleine

– travailler l’oral et l’expression personnelle

– vivre une rencontre artistique »

Recommandation : Nicola Gardini, Vive le latin, Histoires et beauté d’une langue inutile

QU’EST-CE QUE LE LATIN 

Extrait:

Le latin est la langue de l’antique cité de Rome et de la civilisation dont elle fut le berceau et qui s’est diffusée dans le cours des siècles sur un très vaste territoire, appelé l’Empire, devenant ainsi, sous forme écrite et orale, un moyen d’expression et de communication pour une grande partie de l’humanité, et formant encore aux Temps modernes, même longtemps après que le latin parlé eut fait place à des idiomes distincts (appelés les langues romanes), un moyen de s’exprimer pour les poètes et les spécialistes de plusieurs disciplines.

Le latin est la langue des institutions juridiques, de l’architecture, des techniques, de l’armée, de la philosophie et du culte et – plus intéressant pour notre propos – d’une littérature florissante qui a servi de modèle à toute la littérature occidentale des siècles suivants. Il n’y a pas de domaine de la créativité linguistique et du savoir qui ne trouve en latin des modes d’expression excellents et exemplaires : la poésie (épopée, élégies, épigrammes etc.), la comédie, la tragédie, la satire, la correspondance personnelle et officielle, l’éloquence, le roman, l’histoire, le dialogue et puis la philosophie morale, la physique, la jurisprudence, l’art culinaire, la théorie de l’art, l’astronomie, l’agriculture, la météorologie, la grammaire, l’archéologie, la médecine, la technique, l’art de mesurer, la religion.

Le latin littéraire, dans des centaines de chefs-d’œuvre, parle d’amour et de guerre, raisonne sur le corps et sur l’âme, émet des théories sur le sens de la vie, les devoirs de l’individu, le destin de l’âme et la structure de la matière ; il chante la beauté de la nature, l’importance de l’amitié, la douleur de perdre ce qui nous est cher ; il critique la corruption, médite sur la mort, sur l’arbitraire du pouvoir, la violence, la cruauté. Il élabore des représentations de la vie intérieure, il forge des émotions, formule des idées sur le monde et sur la vie en société. Le latin est la langue des rapports entre l’un et le tout ; de la délicate opposition entre la liberté et la contrainte, entre sphère privée et sphère publique, vie contemplative et vie active, province et capitale, campagne et ville… C’est également la langue de la responsabilité et du devoir personnels ; la langue de la force intérieure ; la langue de la propriété et de la volonté ; la langue de la subjectivité qui s’interroge au regard de l’injustice ; la langue de la mémoire ; l’intention intérieure parle latin ; la protestation parle latin ; la confession parle latin ; l’appartenance à un groupe parle latin ; l’exil parle latin ; le souvenir parle latin.

La civilisation de la parole humaine et la foi dans les possibilités du langage n’ont pas de monument plus imposant que le latin. Il me vient à l’esprit une lettre de Pline le Jeune (61-112 env. ap. J.-C.) qui exalte la souplesse et l’habileté langagières d’un certain Pompéius Saturninus. Pline parle d’« ingenium… varium… flexibile… multiplex », où par ingenium il faut entendre non l’habileté forgée par la volonté mais une propension naturelle (le mot contient en effet la racine gen-, qui désigne la « naissance »), celle que nous appelons, avec un autre mot d’origine latine, « talent » 5. Pompéius Saturninus est, en somme, doué pour n’importe quelle forme d’expression verbale, que ce soit le débat judiciaire, le récit historique, les vers, la correspondance. Et rien ne lui manque : il est désinvolte et sublime, léger et grave, doux et rude, au gré des circonstances. Et Pline ne cesse de le lire et de l’admirer, comme l’un des grands de l’Antiquité. Il est vraiment dommage que de lui – comme de tant d’autres personnalités accomplies – rien ne nous soit parvenu.

Prononcer le mot latin signifie avant tout s’appliquer sans réserve à organiser sa pensée en discours équilibrés et médités, sélectionner les éléments conceptuels avec la plus grande pertinence, coordonner les termes en périodes harmonieuses, exprimer également par des mots les états intérieurs les plus fugaces, croire aux mérites de l’expression et à leur valeur démonstrative, enregistrer l’accidentel et le passager en un langage qui survive aux circonstances.


https://www.cultura.com/vive-le-latin-histoires-et-beaute-d-une-langue-inutile-9782877069953.html

Voir aussi le compte-rendu de Cécilia Suzzoni sur le site de La Vie des Classiques:

https://laviedesclassiques.fr/article/vive-le-latin-de-nicola-gardini-compte-rendu-de-cecilia-suzzoni

CAPES de lettres classiques (Information)

 

Texte officiel :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=4F55E484046EA8FA40BAF6BB9D16C57D.tplgfr32s_2?cidTexte=JORFTEXT000036888207&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000036887880

Conférence de l’ALLE le 4 mai 2018

L’afpeah vous recommande la conférence-anniversaire de Patrick Boucheron, Professeur au Collège de France,  « Dante et la politique de l’amitié, ou la tradition réinventée » organisée par l’association ALLE (Association le latin dans les littératures européennes) et Cécilia Suzzoni.

www.000webhost.com