• contact.afpeah@gmail.com

Prix Littéraire de l’Afpeah (Collège)

Prix Littéraire de l’Afpeah (Collège)

Orphée le Métalleux

 

Cinq heures du matin ; Orphée était désemparé. Il avait perdu tout ce pour quoi il vivait ; Eurydice, l’amour de sa vie, était morte un mois auparavant, écrasée par un camion. Le jeune homme avait été condamné à la regarder mourir sans ne rien pouvoir faire. Depuis, il ne dormait pas, ne sortait de sa chambre que pour manger et ne parlait à personne. Il n’avait pu se contraindre à se rendre à l’enterrement d’Eurydice. Pourtant, il aurait voulu lui dire adieu, tourner la page, revivre, mais le poids de la douleur l’avait paralysé. À vrai dire, le jeune homme n’arrivait pas à s’imaginer une vie sans elle. Sortir de chez lui, voir des amis, cela aurait signifié accepter sa mort ; et ça, il ne pouvait s’y résoudre.

Jusqu’à ce jour, Orphée avait eu une vie de rêve : il avait un bon nombre d’amis sur qui compter, était plutôt beau, et surtout, mondialement connu pour son Métal incomparable. Il était à la fois le chanteur et guitariste d’un groupe à la renommée internationale ; le batteur, quant à lui, était son meilleur ami Jayson. Bien qu’à leurs débuts, les Métalleux n’aient pas recherché la gloire et n’aient joué que pour leur plaisir, leur premier album s’était vendu à plusieurs millions d’exemplaires. Les morceaux composés par Orphée étaient si puissants que même une personne qui détestait ce genre de musique ne pouvait qu’être enthousiasmée. Mais maintenant, la vie du chanteur était en train de tourner au cauchemar. Orphée ne voyait plus personne, ne se lavait plus, ne chantait plus. L’absence d’Eurydice l’avait détruit.

Après un mois à se morfondre, cloîtré dans sa chambre, Orphée se décida enfin à sortir pour aller faire ses adieux à Eurydice. Arrivé au cimetière, il trouva près de la tombe de sa bien-aimée une lyre semblable à celles que les Grecs possédaient dans l’Antiquité, en parfait état. Il commença à jouer quelques notes tristes et l’ambiance du cimetière changea radicalement. Plus aucun bruit ne se fit entendre mis à part la musique d’Orphée. Sur la pierre tombale, apparut alors une lueur dorée qui, en s’estompant, révéla des lettres grecques brillantes. Le jeune homme parvint à lire :

 

Naquit alors en lui l’espoir fou de revoir un jour Eurydice. Sans chercher à comprendre pourquoi ces lettres étranges étaient apparues, il posa la lyre de côté et nota rapidement les symboles sur un papier qui traînait dans sa poche.

Il rentra chez lui puis entreprit des recherches sur l’écriture grecque ancienne. Il apprit que les Grecs se servaient de lettres pour écrire les chiffres. Après traduction, il obtint une suite de nombres ainsi qu’une phrase : « 36°23’34. N 22°28’03. E. La musique est la clé. » Il chercha ces chiffres sur Internet, et tomba sur une position Google Maps. C’était un endroit situé non loin du Cap Ténare, en Grèce. Il googlelisa le lieu et découvrit que les mythes antiques le considéraient comme l’une des entrées des Enfers. En proie à une intuition, il fut certain qu’il devait se rendre là-bas et se dit que Jayson pourrait sûrement l’aider. Il téléphona alors à son ami qui attendait cet appel depuis un mois. Après lui avoir expliqué ce qui était arrivé au cimetière ainsi que la signification des lettres mystérieuses, Orphée le convainquit de se rendre avec lui à l’endroit signalé par la phrase énigmatique. Ils prendraient l’avion jusqu’à l’aéroport de Kythira, qui était le plus proche du Cap Ténare, loueraient ensuite un bateau, et iraient jusqu’aux coordonnées indiquées par le GPS, et là-bas… ils ne savaient pas ce qui les attendait en fait. Mais il était impensable de ne pas y aller.

 

Ils prirent avec eux leurs instruments de musique ainsi qu’un générateur d’électricité pour pouvoir jouer en plein air. Orphée s’équipa de sa guitare d’excellente qualité avec haut-parleur intégré, quant à Jayson, il se contenta d’une batterie simplifiée mais efficace, prévue pour être démontée et mise dans une valise.

Une fois arrivés sur les côtes grecques, ils louèrent un bateau, enclenchèrent le GPS et suivirent la direction indiquée. La mer était calme. Pour passer le temps, ils commencèrent à jouer une musique totalement improvisée. Ils arrivaient toujours à être synchronisés par on ne sait quelle magie. Les cinquante kilomètres qui les séparaient de leur destination passèrent donc plutôt rapidement.

A proximité de la localisation donnée, ils remarquèrent que des nuages recouvraient curieusement. Ils arrêtèrent de jouer. Tout en observant ce phénomène, ils entendirent un son retentir au-dessus d’eux. C’était une note pure et constante, limpide comme l’eau sur laquelle ils naviguaient. La note fut bientôt rejointe par d’autres, créant ainsi une mélodie magnifique et majestueuse. Bientôt ils virent tournoyer dans le ciel des créatures ressemblant à des oiseaux bizarres. Celles-ci descendirent à pic tout autour du bateau pour rejaillir à la surface des eaux en intensifiant leur mélodie ensorcelante. Jayson eut soudain l’envie irrésistible de s’approcher de ces oiseaux et commença à s’avancer vers le bord du navire pour plonger dans la mer. Orphée se rappelant que son ami ne savait pas nager tenta de le retenir dans sa marche insensée en lui criant de s’arrêter, mais le batteur poursuivit son geste, sans faire attention au reste. Juste avant que son ami ne se jette à l’eau, le guitariste prit son instrument et commença à jouer pour attirer son attention. L’effet fut immédiat et Jayson reprit ses esprits. Cependant la musique d’Orphée n’avait pas seulement interpellé son ami ; les sirènes, car c’étaient bien à de tels êtres qu’ils étaient confrontés, offensées par cet air qui leur faisait concurrence, s’élancèrent vers le bateau, en dévoilant leurs corps immondes et disproportionnés ainsi que leurs mains griffues, afin de déchiqueter leurs occupants. Alors que les musiciens pensaient leur dernière heure arrivée, la lyre qu’Orphée avait trouvée au cimetière apparut directement dans ses mains, en un rayon de lumière dorée. Il joua instinctivement, créant une mélodie magique et enchanteresse. Les monstres ailés furent envoûtés par cette musique, et vaincus, prirent leur envol dans les cieux.

Une fois les sirènes parties, la lyre s’illumina puis disparut. Un îlot rocheux émergea subitement de l’eau, et les deux musiciens aperçurent une grotte au milieu de l’île où ils débarquèrent. Orphée prit sa guitare et Jayson les éléments les plus importants de sa batterie, qu’il plia et mit dans son sac à dos. Une fois dans l’antre, ils découvrirent un escalier en colimaçon qui descendait dans les profondeurs de la terre. Ils s’enfoncèrent dans les ténèbres.

 

Lorsqu’ils furent arrivés en bas, les Métalleux n’en crurent pas leurs yeux. Ils se trouvaient juste au-dessus d’une foule d’esprits, qui attendaient des barques afin de passer de l’autre côté d’un fleuve. Il en arrivait par dizaines chaque seconde. Orphée comprit qu’ils se trouvaient aux Enfers et pensa que Charon, le passeur du Styx, avait dû s’adapter à ce rythme frénétique. Au-delà du fleuve, les âmes passaient par des sortes de portiques et étaient réparties sur différents chemins. Celui de gauche menait à une forteresse impressionnante entourée d’un fleuve de lave, alors que celui de droite conduisait à un palais resplendissant. Le chemin du milieu, lui, menait à une plaine remplie d’esprits.

Parmi toutes ces âmes défuntes, Orphée reconnut instantanément Eurydice. Elle était toujours aussi belle, même sous forme de fantôme. Orphée voulut courir à sa rencontre, mais Jayson l’en empêcha, car il n’aurait jamais pu traverser le Styx à la nage. Ils décidèrent alors d’attirer l’attention d’Eurydice. Jayson installa sa batterie et les musiciens commencèrent à jouer. Ils montèrent le volume des amplis au maximum et le résultat fut plus que surprenant. Tous les esprits captivés par la musique se tournèrent dans leur direction, y compris celui d’Eurydice, et commencèrent à danser. Mais il n’y eut pas qu’eux qui furent enthousiasmés par la musique. Cerbère, le gardien des Enfers, succomba aussi. Le chien monstrueux n’accourut pas vers eux pour les chasser, mais pour profiter de la musique. Tous les Enfers écoutaient ce concert improvisé.

Soudain, la porte du palais s’ouvrit et un homme imposant, avec des cheveux encore plus longs que ceux d’Orphée, des tatouages sur tout le corps et des piercings en forme de piques, en sortit. Il leva la main et fit le fameux signe des Métalleux, le signe des cornes. Quand il arriva au milieu de la foule des esprits en délire, les deux musiciens s’aperçurent qu’il faisait au moins deux fois leur taille. Les jeunes hommes s’arrêtèrent en réalisant qui était l’individu qui se tenait devant eux. Hadès leur adressa la parole :

– Alors, comme ça, des mortels sont venus mettre de l’ambiance dans mon royaume ? On ne va pas s’en plaindre ! Jouez !

Orphée et Jayson furent surpris de cette requête, mais si Hadès en personne leur demandait de jouer, ils comptaient bien le satisfaire. Ils mirent tout leur cœur dans un nouveau morceau. Jayson tapait sur sa batterie avec force, Orphée chantait à s’en déchirer les cordes vocales ; leur rythme était parfait, rien n’aurait pu gâcher ce moment. Sauf que, lorsqu’ils atteignirent l’apothéose du morceau, la batterie pliable se brisa. Hadès, fâché de cette interruption, dirigea sans la moindre hésitation son sceptre sur Jayson qui s’embrasa instantanément. Une fraction de secondes plus tard, il ne resta qu’un tas de poussière du meilleur ami d’Orphée.

– Quoi ?! Mais… Pourquoi ?

– Un batteur sans batterie ne sert à rien, répondit Hadès d’un ton indifférent. Joue plutôt un solo !

Orphée, paralysé par la peur, n’arriva pas à jouer. Il aperçut au loin l’esprit de Jayson arriver, l’air choqué et surpris, au milieu de la foule des autres âmes.

– Quoi encore ? Pourquoi tu ne joues plus ? demanda Hadès.

Orphée ne parvint pas à répondre, persuadé qu’il allait subir le même sort que son ami d’un l’instant à l’autre.

– Bon, si tu ne veux pas jouer, tu ne me sers à rien !

Hadès s’apprêtait à incinérer le guitariste, mais distrait par un chat doré venu se frotter contre la jambe d’Orphée, il arrêta son geste. Le chat s’éloigna du Métalleux de quelques pas, puis se métamorphosa en un magnifique jeune homme blond et musclé. Il avait dans la main la lyre qui était déjà apparue deux fois à Orphée.

– Attendez mon oncle, je me suis donné de la peine pour que ce mortel talentueux reste en vie, ce n’est pas pour que vous veniez tout gâcher en l’anéantissant! Je suis le dieu de la musique et ce mortel est le musicien le plus talentueux que j’ai rencontré – à part moi bien sûr. Il est de mon devoir de le protéger.

– Oui ! Eh bien, si tu ne veux pas que ton champion finisse en cendres, trouve un moyen pour qu’il continue de chanter.

– Je n’ai qu’à remplacer le batteur, ça te va Orphée ?

Ce dernier ne répondit pas, toujours sous le choc.

– Bon, à mon avis, il accepterait de jouer si tu lui promettais de lui rendre cette mortelle-ci, reprit Apollon en pointant Eurydice du doigt.

– Un concert fantastique contre une âme ? Ça marche !

En entendant cela, Orphée devint euphorique et oublia même la mort de son ami. Il lui suffisait de chanter pour sauver Eurydice ! Il improvisa alors, dans un tourbillon d’accords et de rythmes, une musique très rapide et extrêmement entraînante ; Apollon l’accompagnait à la perfection. Le résultat était si réussi qu’Hadès était épaté. Il n’avait jamais entendu de musique pareille. Le morceau terminé, le dieu des Enfers respecta sa parole et laissa l’esprit d’Eurydice partir avec son fiancé. Cependant, il ajouta une condition afin de s’amuser encore un peu avec ce mortel. Orphée ne devait pas regarder Eurydice ni lui parler avant d’être sorti des Enfers. Bien que contrariés par ce divin caprice, les amoureux n’avaient pas d’autre choix que d’obéir. Ils se mirent en route, la jeune femme suivant Orphée.

Si le défi lui semblait simple au début, plus il avançait, plus Orphée se demandait si Hadès ne s’était pas payé sa tête. L’envie de vérifier qu’Eurydice le suivait bel et bien grandissait à chaque marche franchie. Il commençait à apercevoir la lumière extérieure quand la pression atteignit son paroxysme. Il était à peu près certain qu’Hadès allait refermer l’entrée de son royaume juste après qu’il en fut sorti et qu’il n’aurait plus jamais d’autre occasion d’aller rechercher Eurydice. Au bout d’un moment, il en eut assez de marcher persuadé que le dieu se moquait de lui. Quel autre intérêt Hadès aurait-il eu de préciser cette condition sinon ? Il se retourna, et ce fut la fin de tout espoir. Il vit le visage horrifié de sa bien-aimée attirée dans les tréfonds de la terre. Il voulut la rattraper, mais n’en eut pas l’occasion. Sa vision se couvrit de noir et il fut téléporté auprès de son bateau.

Il aurait pu rentrer chez lui, mais il n’en vit alors pas l’intérêt. Sa raison de vivre était restée sous terre, et sans raison de vivre, Orphée n’était plus qu’une coquille vide. Il ressentait chaque seconde qui s’écoulait comme un supplice. À chacun de ses battements de cœur, une voix dans sa tête lui répétait qu’il avait tué Jayson et Eurydice.

Il s’assit alors sur un rocher, ouvrit son couteau suisse, contempla la lame reflétant la lune, localisa une des veines de son bras et plaça le métal froid contre sa peau. Un éclat de lumière dorée l’interrompit, et la lyre d’Apollon apparut. Orphée la regarda, la ramassa et la jeta dans l’écume bouillonnante des eaux glacées. Il reprit son couteau et se trancha l’artère d’un geste net et précis. Le sang, qui coulait à flots, témoignait de la perfection de son acte. En sentant la vie quitter son corps petit à petit, Orphée se sentit apaisé. Il s’étendit sur le rocher et regarda la mer infinie. Il ferma les yeux paisiblement, et ne les rouvrit plus jamais.

 

Katia TilleDelphine MontiJulie WittwerSophie BrouetThimothée Taverney, Beatriz PardalLoick HeizShania GicotAntonio Queiros da RochaClément Courvoisier

Établissement secondaire des Dents-du-Midi, Aigle, Suisse.

admin

Laissez votre message

www.000webhost.com