• contact.afpeah@gmail.com

Archive mensuelleoctobre 2018

Lecture: les jeunes comprennent mieux ce qu’ils lisent sur un support papier

Malgré l’expansion rapide des appareils numériques en tant que supports de lecture, ordinateurs, tablettes et téléphones portables, les recherches indiquent qu’il peut exister des inconvénients liés au format numérique pour la compréhension de certains types de textes. 

 

« Don’t throw away your printed books: A meta-analysis on the effects of reading media on reading comprehension », cette étude récente constate que nous comprenons mieux quand nous lisons sur papier, en particulier dans des conditions temporelles limitées, et, contrairement à ce que nous pourrions penser intuitivement, cet écart est plus important encore chez les jeunes. Pour être clair, les nouvelles générations comprennent mieux que les générations antérieures ce qui figure sur papier que ce qui figure sur un écran. Cette tendance s’est d’ailleurs accrue depuis une vingtaine d’années.

 

 

Les auteurs de l’étude suggèrent que la lecture sur papier devrait être privilégiée par rapport à la lecture numérique. Ils sont conscients qu’il est impossible d’éviter les appareils numériques.

Cependant, ignorer l’évidence de l’infériorité de l’écran peut induire en erreur les décisions politiques et éducatives voire pire : empêcher les lecteurs de tirer pleinement parti de leurs capacités de compréhension lors de la lecture d’un texte et empêcher les enfants de développer ces compétences.

À une époque où les écrans entrent chaque jour davantage au sein des établissements scolaires, il n’est pas inutile de consulter l’étude en question.

 

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1747938X18300101

Thought Catalog

Français : Parution des programmes de seconde et de première

http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/42/6/2de_Francais_Enseignement_commun_1024426.pdf?fbclid=IwAR278VccVpAqxf7GlpFEDZeuMLxgKoGcY3d7WwfTN9oB4EGRltydDeF-dmQ

http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/42/8/1e_Francais_Enseignement_commun_Voies_G_et_T_1024428.pdf?fbclid=IwAR2f0tnRmHWabjWVqhPhec-yLiVhojh_UsX-RkfL1GvrmuZj7REPdO39yqc

Brevet des collèges

Brevet des collèges: une étude dévoile des chiffres moins reluisants que les taux de réussite officiels

L’étude du Cnesco réalisée en Ile-de-France révèle que les collégiens ne seraient que 47% à réussir l’examen du brevet des collèges, si celui-ci ne tenait pas compte du contrôle continu.

https://www.bfmtv.com/societe/brevet-des-colleges-une-etude-devoile-des-chiffres-moins-reluisants-que-les-taux-de-reussite-officiels-1551498.html

Réécriture du mythe d’Orphée et Eurydice, Prix de l’Afpeah

 

http://www.afpeah.fr/2018/08/03/prix-de-lafpeah-2018-2019/

Lumière bleue des écrans

La lumière bleue des écrans provoque l’autodestruction de la rétine (art. Sciences et Avenir)

                                                                         Abstract blue color drop to the water

La lumière bleue des écrans est néfaste à la rétine et on sait maintenant pourquoi. Les scientifiques ont remarqué que lorsqu’elle était émise sur une molécule particulière de l’oeil, elle provoquait une chaîne de réactions chimiques qui conduisait à la création de particules toxiques pour les cellules photoréceptrices.

ECLAIRAGE. « Ce n’est un secret pour personne : la lumière bleue atteint notre vision en endommageant la rétine à l’intérieur de l’œil », déclare dans un communiqué Ajith Karunarathne, chercheur principal de l’étude parue dans le journal Nature. Pourtant, personne ne savait encore quels en étaient les mécanismes. Les chercheurs de l’université de Toledo, aux Etats-Unis, ont enfin compris pourquoi les écrans étaient néfastes à la vision : ils poussent la rétine à s’auto-détruire. Ainsi, une exposition prolongée à la lumière bleue des ordinateurs, smartphones ou autre tablettes numériques peut conduire à la dégénérescence maculaire et à la perte de la vision.

Comment fonctionne la vision ?

L’image arrive sur la rétine, au fond de l’oeil. Celle-ci est composée d’environ 100 millions de bâtonnets, des cellules photosensibles. Ces bâtonnets contiennent un pigment nommé rhodopsine qui est activé par le changement de conformation d’une molécule particulière : le rétinal (ou rétinaldéhyde, une des trois formes de la vitamine A). En effet, au contact d’un photon, le 11-cis-rétinal devient un trans-rétinal ce qui permet à la rhodopsine activée, la métarhodospine II, d’interagir avec une protéine appelée transducine. Ce processus entraîne une cascade de réactions chimiques qui transforment le flux électromagnétique de la lumière en signal bio-électrique, que le cerveau interprète pour construire la vision. Malheureusement, la lumière des écrans constitue un grain de sable qui enraye cette belle mécanique.

Les scientifiques ont en effet découvert que l’exposition à la lumière bleue provoquait une chaîne de réactions chimiques qui conduisait à la création de molécules toxiques dans les cellules photoréceptrices. « Si vous émettez de la lumière bleue sur le rétinal, celui-ci se met à tuer les photorécepteurs pendant la dissolution de la molécule de signalisation sur la membrane » explique Kasun Ratnayake, co-auteur de l’étude. Et les dommages sont irréversibles : « Les cellules photoréceptrices ne se régénèrent pas dans l’oeil. Une fois qu’elles sont mortes, c’est pour de bon » ajoute le doctorant. Et la lumière bleue, qui a une longueur d’onde plus faible et plus d’énergie que les autres couleurs, est bien la seule coupable. « Aucune activité de ce genre n’est provoquée par une lumière verte, jaune, ou rouge » précise Ajith Karunarathne.

Ralentir la DMLA

Les chercheurs ne se sont pas arrêtés à l’oeil. Ils ont injecté le rétinal dans des cellules cancéreuses, des cellules du coeur ou même des neurones et ont constaté qu’elles mourraient lorsqu’elles étaient exposées à la lumière des écrans. « La toxicité générée par le rétinal et la lumière bleue est universelle. Elle peut tuer n’importe quel type de cellule » insiste Karunarathne. En revanche, le rétinal seul ou la lumière bleue seule n’ont pas d’effet sur les cellules.

Petite lueur d’espoir tout de même pour les (jeunes) addicts au smartphone, Ajith Karunarathne et son équipe ont découvert une molécule capable d’interrompre la mort des cellules. Il s’agit de la α-tocophérol, un anti-oxydant naturel qu’on retrouve dans les yeux et le corps. Malheureusement, cette molécule n’est pas efficace chez les personnes âgées ou immunodéprimées. La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie qui endommage la macula, la zone centrale de la rétine, et qui entraîne une perte progressive de la vision du milieu. Elle touche environ 8% des français et apparaît à partir de 50 ans. Les scientifiques espèrent que leurs résultats permettront de développer de nouvelles thérapies permettant de ralentir la DMLA, comme de nouvelles gouttes ophtalmiques.

Comment se protéger

Depuis plusieurs années, beaucoup de gens sont exposés à la lumière bleue en continu. « La cornée et la lentille de l’œil ne peuvent pas la bloquer ou la refléter » explique le Dr Ajith Karunarathne. Alors le chercheur finit par donner quelques conseils à ceux qui voudraient se protéger les yeux : porter des lunettes de soleil qui filtrent la lumière bleue, éviter d’utiliser son téléphone portable, sa tablette ou son ordinateur dans le noir et privilégier les liseuses. Pour ceux qui ne pourraient vraiment pas se passer de l’écran, il existe aussi des logiciels qui réduisent l’émission de lumière bleue tel que F.lux. Si vous avez mal aux yeux à la fin de cet article, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

www.000webhost.com