• contact.afpeah@gmail.com

Archive mensuellemai 2018

La maîtrise du lexique: un enjeu fondamental

Nous ne pouvons plus laisser nos élèves devant des portes fermées.

 

« Bourrage de crâne » et problèmes de vocabulaire

Alors que les détracteurs de l’instruction associent l’acquisition de connaissances à du « bourrage de crâne » et présentent Internet comme le remède à tous les maux, nous continuons à affirmer que la Toile ne constitue pas une panacée. Ne serait-ce que parce que les difficultés en vocabulaire de nos élèves leur portent préjudice quand ils font des recherches.

Rien d’étonnant à cela, car « lorsque nous lisons un texte inconnu, nous avons besoin de connaître le sens de 95% du vocabulaire pour le comprendre. » [Daisy Christodoulou: 7 contre-vérités sur l’éducation, La Librairie des écoles, 2018, 80]

Or nous constatons chaque jour que que nos élèves sont bien loin de maîtriser un tel stock lexical. Des mots très courants leur posent problème. Pour ne donner que quelques exemples, l’un d’entre nous s’est aperçu, ces derniers jours, qu’en 5e, certains de ses élèves ignoraient le sens des mots suivants : « invariable », « douanier », « introduire », « écume », « dé à coudre », « borgne », « funérailles »…

Au fil des lectures, nous devons bien faire ce terrible constat : les termes génériques suffisent désormais à désigner le monde qui entoure nos élèves, « fleur », « arbre », « oiseau »…

Une étude récente (Why Closing the Word Gap Matters: Oxford Language Report) montre que plus de 40% des élèves au Royaume-Uni ont un vocabulaire limité, ce qui les pénalise dans la compréhension des consignes, dans leur accès à la lecture et à l’écriture…

 

Nos sociétés contemporaines manquent-elles d’ambition?

En n’offrant pas aux élèves le moyen d’enrichir leur vocabulaire (c’est-à-dire en ne rendant pas au français ses heures perdues), nous invalidons leurs possibilités de comprendre le monde qui les entoure, nous compromettons leurs chances de s’y épanouir.

Et Internet dans tout ça?

Internet constitue-t-il un palliatif satisfaisant ? Non, car ainsi que le rappelle, E.D. Hirsch : « Il faut des connaissances pour acquérir des connaissances » [Cité par Daisy Christodoulou, 79].

Force est donc de constater que nos élèves les plus fragiles (de plus en plus nombreux) sont incapables de hiérarchiser les informations glanées sur la Toile, ne serait-ce que parce qu’ils ne les comprennent pas. Il s’avère, malheureusement, impossible d’accéder au savoir véhiculé par Internet sans disposer du minimum requis, sans pouvoir établir de lien entre les mots et leur signification.

 

CAPES de lettres classiques (Information)

 

Texte officiel :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=4F55E484046EA8FA40BAF6BB9D16C57D.tplgfr32s_2?cidTexte=JORFTEXT000036888207&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000036887880

Utilisation de l’album de jeunesse en classe

Consultation menée dans le cadre d’une 1 ère année de master MEEF PE.

Ce questionnaire est destiné aux professeurs des écoles enseignant en cycle 1.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdegsq34j2lzUiInfHV6XIZ7HbYjLGOvycgJ9B7hNN0JSkEsw/viewform

Enseignement des langues vivantes à l’école

Consultation à destination des professeurs des écoles (questionnaire élaboré dans le cadre d’un master)

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc6KSqOXgUMP-x_z_Vr3zQkmptyPD7c70EHh7RK1oB8l-mQrA/viewform

 

Colloque organisé par l’association ALERTE et EDUPAX

Nous vous recommandons vivement le colloque suivant, samedi prochain, à Paris :

 

www.000webhost.com