• contact.afpeah@gmail.com

Lycée : Désarroi et lassitude d’un professeur de Lettres

Lycée : Désarroi et lassitude d’un professeur de Lettres

 

 

Sur Twitter, certains vilipendent les profs désespérés de voir le niveau de leurs élèves baisser. Ces profs seraient réacs et méprisants.

Quand je lis dans la copie d’un élève, qui par ailleurs a compris le texte jusque dans ses plus fines subtilités, la phrase suivante :

« L’auteur personnificalise sa douleur comme si elle lui fais du bien », je suis effectivement désespérée du niveau de certains de mes élèves.

Nul mépris de ma part cependant, juste la tristesse de voir tant d’intelligence laissée en friche par des années d’expérimentations pédagogiques hasardeuses, d’abandon de l’étude patiente de notre langue, d’heures perdues à laisser l’élève découvrir par magie les règles, à vouloir ludifier les apprentissages, des années de pressions idéologiques refusant l’effort soi-disant discriminant et l’exercice répétitif permettant d’acquérir des réflexes.

Oui, on lit aujourd’hui dans des copies d’élèves de Première : « des poésies écritent », « ces merveilles polis et travailler », « la melancoli m’envahis » et en terminale littéraire : « l’auteur aillant compris », « grâce à ce personnage on nous montres ou Marie va t’elle allé pour voir le duc », « les distinctions entre les deux est mis en avant »…

Je m’arrête ici, car il faut y retourner, lire et relire chaque phrase, de chaque copie, pour essayer de comprendre ce que chaque élève a voulu dire. Sans mépris, mais avec une infinie tristesse et un brin de culpabilité : qu’avons-nous fait à ces enfants qui nous étaient confiés ?

 

admin

3 réflexions au sujet de « Lycée : Désarroi et lassitude d’un professeur de Lettres »

ChristophePublié le  5:16 - Avr 22, 2018

Condoléances & sympathie 🙂
D’ailleurs, j’y retourne, car l’auteur tante de me délivrais un mesage…
Christophe, 30 ans de boîte…

Guillaume ROBICHEZPublié le  9:28 - Avr 28, 2018

Je souscris à ces propos.

ClaudePublié le  11:04 - Avr 28, 2018

Oui, cela est bien triste. Mais je veux rester optimiste. Dans le train, je vois de plus en plus de jeunes qui lisent, qui ont donc avec eux un livre et ne sont plus exclusivement coiffés d’un casque qui les isole complètement du monde. Et quand autrefois (je suis à la retraite de l’enseignement collégial) il m’arrivait de douter à un tel point que je songeais à tout laisser tomber, je me repassais ce très beau film dans lequel l’acteur américain Sidney Poitier incarnait un ingénieur en attente de contrat qui enseignait pour avoir de quoi vivre, sans vocation particulière pour l’éducation de jeunes ados. Le film en version originale se nomme « To Sir, with love ». Si vous ne connaissez pas ce film anglais des années 1960, je ne vais pas en dévoiler l’intrigue, mais je vous assure qu’il fait un bien immense et vous redonne l’envie de vous retrouver devant des potaches 😉

Laissez votre message

www.000webhost.com