• contact.afpeah@gmail.com

Archive mensuellemars 2018

PISA 2015 (Volume III) Le bien-être des élèves

Nous vous recommandons le rapport suivant :
« Le Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA) cherche non seulement à évaluer ce que les élèves savent en sciences, en compréhension de l’écrit et en mathématiques, mais aussi à déterminer ce qu’ils sont capables de faire avec ces connaissances. Les résultats de l’enquête PISA révèlent la qualité et l’équité de l’apprentissage dans le monde entier, et offrent aux professionnels de l’éducation et aux responsables politiques la possibilité de découvrir les politiques et pratiques d’autres pays et de s’en inspirer. Vous avez entre les mains l’un des cinq volumes qui présentent les résultats de l’évaluation PISA 2015, la sixième édition de cette enquête triennale. Il explore un ensemble complet d’indicateurs du bien-être des adolescents, couvrant aussi bien des variables négatives (comme l’anxiété ou la faible performance) que des vecteurs positifs garants d’un bon développement (tels que l’intérêt, l’engagement ou la motivation à l’idée de réussir). »

 

Numérique

(extraits du chapitre  « L’utilisation des TIC par les élèves en dehors de l’école » in Résultats du PISA 2015 (Volume III) Bien-être des élèves)

 

L’ensemble du dossier, mis en ligne depuis janvier 2018, est consultable ici:  http://www.oecd-ilibrary.org/education/resultats-du-pisa-2015-volume-iii_9789264288850-fr

Colloque du 5 mai 2018 « Impacts des écrans sur la jeunesse: un enjeu majeur de santé publique »

L’afpeah vous recommande le Colloque organisé par l’association ALERTE et EDUPAX

« La télé et l’enfant en bas âge – la montagne accouche d’une souris ou d’une boule de neige?»

Exposition précoce des tout-petits : risque de victimisation et dysfonctionnement social à l’adolescence.Les jeunes enfants qui regardent trop la télévision sont plus à risque d’être pris pour victimes et d’adopter un comportement agressif et antisocial à l’égard des autres élèves à l’adolescence.

« Les adolescents entre Parents et Ecrans »

À partir de l’expérience de prévention et d’accompagnement des familles de la maison des ados.

« Le quotidien des enfants à l’heure de l’écran numérique : le point de vue de professionnels de l’enfance dans 12 régions de France.

Les enfants sont exposés aux écrans de plus en plus tôt après leur naissance et de plus en plus fréquemment. La facilité d’accès aux dispositifs numériques peut conduire à des usages inadaptés et/ou excessifs. Que disent les professionnels et cliniciens de l’enfance et de l’adolescence de cette nouvelle réalité ? Comment cela intervient-il dans leurs pratiques professionnelles ? L’étude présentée s’appuie sur des entretiens réalisés auprès de 45 professionnels dans 12 départements.

«Quand l’écran fait écran »

« Loin de faire du maître un gentil animateur en le mettant en retrait de l’acte pédagogique, le numérique devra au contraire renforcer sa place au centre exact de l’acte d’enseignement en lui permettant de mieux prendre en compte la singularité de chacune des intelligences qui lui sont confiées afin de les accompagner de façon pertinente. Il devra offrir à chaque élève son regard attentif, lui faire don d’une écoute qui lui dit que sa parole compte, lui montrer l’ambition singulière qu’il a pour lui. Utiliser le numérique avec pertinence, c’est ne rien lâcher sur les progressions rigoureuses des apprentissages ; ne pas galvauder la chronologie des faits historiques ; ne pas abandonner tout ce qui favorise l’organisation des savoirs. Le numérique devra être strictement un instrument à la main du maître. Si sa puissance d’actualisation et ses capacités interactives et ludiques peuvent illustrer, amplifier, prolonger et singulariser l’acte de transmission, il ne saurait mettre en cause sa cohérence et sa rigueur ».

Table ronde sur le Défi sans écrans avec des personnes ayant déjà collaboré à l’organisation du Défi.

«  Le Défi sans écrans avec des adolescents : bilan dans 5 collèges vendéens »

Depuis 2008, plus d’une centaine d’écoles de France ont proposé aux enfants le Défi sans écrans et aidé les familles à appuyer leur progéniture. Quand le Défi a été proposé à des adolescents, l’exploit est devenu difficile. Depuis le printemps 2015, le Conseil départemental de la Vendée a mandaté Edupax pour proposer la réduction du temps-écrans dans une quinzaine de collèges. Trois milliers d’adolescents ont ainsi été rencontrés. À combien de reprises a-t-on rencontré les élèves? Combien ont essayé? Quels arguments a-t-on utilisé pour les motiver? Quelle collaboration a-t-on demandé aux professeurs? Comment les parents ont-ils répondu à l’appel? Les communautés ont-elles mobilisé les associations de proximité et les citoyens? La réduction du temps-écrans a–t-elle eu du succès? Qu’ont répondu les élèves, les parents et le personnel au moment d’évaluer les résultats? Quelles leçons retenir pour d’autres collèges?

« L’érosion de l’empathie a-t-elle un lien avec la hausse du temps-écrans chez les jeunes? »

 

Programme détaillé et inscriptions :  http://www.alertecran.org/colloque-5-mai-2018/

Francophonie. Avenir des lycées français. Pétition

L’Afpeah vous recommande la pétition suivante :

Argumentaire :

« Nous nous adressons à vous en tant que parents d’élèves des Lycées Français à l’étranger.

C’est avec une préoccupation extrême pour l’avenir de l’éducation de nos enfants que nous vous écrivons.

L’engagement du gouvernement français au cours de ces 130 dernières années a permis au système français d’éducation à l’étranger de se développer et de devenir un modèle envié par de nombreux pays. Aucun autre pays dans le monde ne dispose d’un réseau identique à celui de l’AEFE avec près de 500 écoles, collèges et lycées établis hors de France dans 137 pays. Ce puissant réseau permet de promouvoir la culture française et de développer l’économie de la France grâce à sa présence internationale. Il apporte ainsi aux familles françaises installées à l’étranger une continuité, une garantie et une égalité de l’éducation de leurs enfants. Il permet également aux familles francophones et francophiles d’élargir le rayonnement de la culture française.

Les annonces de coupe budgétaire qui entrainent entre autres la suppression de contrats d’enseignants titulaires – 512 postes annoncés sur 3 ans – ainsi que la transformation de contrats de professeurs résidents de plus en plus remplacés par des recrutements de professeurs en contrat local, nous alarment.

Nous ne pouvons accepter que dans un Lycée Français, où les élèves se forment comme en France pour passer le Baccalauréat français, au même titre que tous les Français et résidents en France, il n’y ait pas une proportion significative de professeurs titulaires et formés dans le système français pour préparer et former les élèves. Ce sont eux, grâce à leurs connaissances du système éducatif français, qui assurent que nos enfants pourront poursuivre leur enseignement auprès des universités et grandes écoles françaises. Ces universités et grandes écoles font confiance à la qualité de leur enseignement et intègrent massivement nos enfants. Ne pensez-vous pas qu’ils participent pleinement au rayonnement culturel de la France à l’étranger ? Il est selon nous indispensable de maintenir l’actuel équilibre et mixité du corps enseignant qui a permis d’obtenir jusqu’à présent un niveau d’excellence aux résultats du bac (97% de réussite, 73% de mentions).

De la même façon, nous craignons que ces coupes budgétaires n’entrainent mécaniquement une hausse sévère des frais de scolarité, déjà très élevés. Beaucoup de familles se sentent prises au piège après avoir fait ce choix de scolarité pour leurs enfants. D’ailleurs de plus en plus d’entre elles ne peuvent déjà plus assumer cette charge financière. Au-delà de cette crainte, nous nous interrogeons : pourquoi payer plus, pour une qualité d’éducation qui se voit compromise ?

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Député(e)s, Nous, Français de l’étranger (près de 2 millions), familles locales ayant fait le choix de l’enseignement français (centaines de milliers), vous demandons instamment :

· De maintenir les postes d’enseignants titulaires, pour permettre au système français d’enseignement à l’étranger de continuer à garantir aux élèves français et nationaux l’accès à l’éducation d’excellence dont vous vous êtes toujours prévalu.

· De stabiliser les frais de scolarité pour permettre un accès aux écoles françaises à toutes les familles françaises et locales de l’étranger ayant fait ce choix pour leurs enfants, et voulant continuer à le faire.

Nous avons toujours été pleinement satisfaits et avons placé notre confiance dans l’enseignement français, et pour certains depuis plusieurs générations. C’est pour cela qu’il est essentiel de préserver ce réseau d’excellence. D’autant plus que nous souhaitons rappeler que le budget 2018 de l’AEFE, €398 millions, ne représente que 8% du budget du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (environ €4.700 millions) et seulement 0,1% du Ministère des Armées (environ €34.200 millions).

La francophonie, le rayonnement de l’éducation française et l’image de la France à l’étranger, ne méritent-ils pas au contraire un plus grand investissement ?

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos salutations respectueuses.

Parents des Lycées Français du Monde

AVENIR DES LYCÉES FRANÇAIS DU MONDE EN DANGER :

REJOIGNEZ NOUS SUR LE GROUPE FACEBOOK ET DIFFUSEZ/ JOIN US ON FACEBOOK AND CIRCULATE:

Facebook : https://www.facebook.com/groups/1660897330642909/

E-mail : lyceefrancaisdumondeendanger@gmail.com »

 

https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-fran%C3%A7aise-sauvons-les-lyc%C3%A9es-fran%C3%A7ais-du-monde-save-the-french-lyc%C3%A9es-around-the-world-a1148d16-783f-44eb-88dd-b37cc5420382?recruiter=734727704&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_petition&utm_term=share_for_starters_page&utm_content=ex76%3Av1

Grec et latin à l’oral (Université de Lille)

24 mars 2018 de 10h15 à 17h30

Maison de la recherche (salle F0.13), Université de Lille

Journée d’étude « Grec et latin à l’oral », dans le cadre du séminaire de recherche pédagogique sur l’enseignement des langues anciennes.

Présentation

 

« Au sein des discussions sur le renouvellement des méthodes d’enseignement et d’apprentissage du latin et du grec, la pratique orale de ces deux langues anciennes occupe une place toujours plus grande. Des méthodes « audio-orales » existent depuis longtemps, mais elles ont souvent suscité la méfiance ; il arrive encore qu’on n’ose pas les adopter pleinement, par crainte de perdre les avantages de la méthode dite traditionnelle ou du fait de la profonde inhabitude que l’on a soimême de pratiquer ces langues à l’oral. Il ne s’agit pas de les considérer totalement comme des langues vivantes, dans l’idée de rendre élèves et étudiants capables de débattre de l’actualité en latin ou en grec, mais plutôt de développer un moyen de les assimiler vite et mieux en les pratiquant à la façon des langues vivantes, pour mieux les comprendre ; cela passe par des exercices qui peuvent être écrits (poser des questions sur un texte au lieu de ou avant de le traduire, composer des légendes ou des bulles pour des images…) mais aussi oraux. Parce que c’est à la fois le versant qui peut encore intimider le plus les enseignants de tous degrés, et l’aspect qui rejoint des évolutions comparables dans notre rapport à la culture et notamment à la littérature (on propose de plus en plus de lectures publiques des œuvres, le goût revient de la lecture à voix haute), c’est précisément sur cette dimension orale que nous nous concentrerons au cours de cette journée. Réunissant des enseignants du second degré et du supérieur qui se sont particulièrement qualifiés dans la pratique du latin et/ou du grec à l’oral, mais aussi des enseignants qui se sentent concernés par ces approches en les ayant diversement expérimentées, elle se veut fondamentalement une occasion d’échanges et de discussions. C’est la première d’un séminaire lillois de recherche pédagogique que nous souhaiterions pérenniser. »

Festival européen latin grec

Nous vous recommandons vivement le festival européen latin grec consacré, cette année, aux Métamorphoses d’Ovide.

 

158 groupes sont déjà inscrits pour célébrer le texte d’Ovide et les langues anciennes dans toute l’Europe, sur le continent américain, ainsi qu’en Australie, en Afrique et en Asie.

 

 

http://festival-latingrec.eu/lecture-publique/

Consultation (mémoire de fin d’études) : Environnement numérique au collège

A destination des enseignants de collège (uniquement)

Voici un lien concernant un travail de recherches consacré à l’environnement numérique et aux gestes pédagogiques des enseignants de collège.

Le questionnaire est entièrement anonyme. Les réponses ne sont pas destinées à être publiées en dehors du champ de la recherche en éducation.

Voici le lien vers le questionnaire que vous pourrez remplir en ligne.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSctqJJfADIawg0yYacjFhMZm45Q126K9TIDTmbWSReptlq3lw/viewform?usp=sf_link

Limites de l’école inclusive

 

L’AFPEAH (Association Française Pour un Enseignement Ambitieux et Humaniste) a soutenu le mouvement du « Manifeste pour une école qui instruise »  en se joignant à chacune de ses initiatives : les rassemblements de la rue d’Ulm et de Marseille, la pétition « halte à l’inclusion sauvage ».

Présidente de l’AFPEAH, qui réunit parents et enseignants  mobilisés contre les réformes libérales affectant l’Education nationale depuis une vingtaine d’années, je suis par ailleurs psychologue clinicienne en pédopsychiatrie et suis amenée à ce titre à accompagner de nombreux enfants et adolescents porteurs d’un handicap : dys, multidys, troubles du spectre autistique et troubles du comportement dans un contexte de grave pénurie de moyens depuis l’explosion des demandes de consultations dans les années 1990 partout en France.

www.000webhost.com